Florent Chavouet

  • Au Japon, Florent est autant dessinateur que poète. Toujours prêt à nous surprendre. Il est sensible à l'inattendu et goûte avec gourmandise un simple rien pris sur le vif. Il vole des pierres dans un jardin, considère un compteur électrique et une fenêtre à contre jour, caresse un petit chien qui boit, encourage un filet de maquereau... Ce qu'il aime, ce sont des instants de vie fugaces ; et ce qu'il préfère, c'est donner vie à une étiquette de fruit ou une carte de géographie. Ces petites choses ordinaires et souvent incongrues qui nous émeuvent le temps d'un regard sont pour lui autant de détails révélateurs qu'il sait amplifier au point de pouvoir tirer parti de l'éternité d'un kaki.
    Tout est déjà là, il faut simplement le voir.

  • Partir à la découverte de Tokyo, le nez au ras du trottoir et l'oeil à l'affût, arpenter le bitume à hauteur d'homme et saisir les instants fugitifs, saugrenus et si caractéristiques dans leur étrangeté de la capitale du Japon. Avec pour seuls outils et compagnons les plus fidèles, une bicyclette, une chaise pliante de pêcheur, et bien sûr des crayons de couleur.
    Voici un guide de voyage dans Tokyo qui ne ressemble à aucun autre, le premier livre d'un jeune auteur d'une vingtaine d'années, promis à un très bel avenir vu son talent pour capter en quelques traits l'âme d'une ville, ses habitants, le petit peuple animal des parcs, les fruits et les noms des voitures, les vêtements, les temples et les rencontres inattendues. Chaque chapitre s'organise autour d'un quartier, avec sa carte et son koban, autrement dit son commissariat, aux architectures plutôt délirantes. Autant dire qu'on peut à la fois se retrouver et se perdre, rire, c'est certain car les commentaires sont extrêmement drôles, et se laisser entraîner dans un Tokyo surprenant au gré d'une humeur vagabonde et d'un esprit curieux.
    Il ne s'agit ni d'un carnet de voyage, ni d'un guide, ni d'une BD, ni d'un journal, mais d'un peu tout ça à la fois.
    « J'évoque mon séjour de 6 mois à Tokyo (juin à décembre 2006) à travers des dessins quotidiens dont les sujets varient entre le décor, les gens, les moeurs et les anecdotes personnelles. Ces dessins sont regroupés, dans l'ouvrage, par quartiers que je situe sur différentes cartes. Le sommaire du livre est d'ailleurs lui-même une carte générale de Tokyo, de sorte que la lecture des différents chapitres donnent l'impression d'un zoom dans la ville, d'un changement d'échelle progressif. Ca c'est le côté « guide ». Mais, comme chacun sait, Tokyo est une grande ville, et je n'ai pas en pu dessiner toutes les rues. Les quartiers, les décors et les situations dans ce livre me concernent donc directement et rendent comptent de mes pérégrinations un peu aléatoires dans la ville. Et ça c'est le côté « carnet de voyage ».
    L'objet de cet ouvrage n'est pas de présenter Tokyo d'une manière exhaustive, mais plutôt d'en décrire l'ambiance. »

  • Manabé Shima

    Florent Chavouet

    « Le Japon est tellement une île qu'il est un archipel. Dans le catalogue japonais, on trouve des îles industrielles, des îles artificielles, des îles sacrées, des îles musées, des îles formol, des îles atoll, des îles balnéaires, des îles bleu-vert, des îles sauvages, des îles sans âge, des îles connues, Shikoku, et mêmes des îles où l'on pêche et l'on boit. Parmi ces miettes de terre, il y a Manabeshima, une île dont on parle peu, mais où poussent très bien les poissons. Ça tombe bien, je n'ai rien prévu cet été. » Un inventaire exhaustif et désopilant sur Manabeshima, l'île aux soixante crabes et à peine plus d'habitants, par l'auteur de Tokyo Sanpo.

  • Sur ce nouvel ouvrage, il a dit : je travaille sur un troisième album, qui cette fois sera une BD. Ce sera une fiction. C'est une histoire contemporaine, le lieu n'est pas déterminé, c'est une ville mais je ne la nomme pas. Je dis que c'est un polar, mais je n'en suis pas sûr, je n'applique pas forcément les vrais codes du polar...
    Ça se passe la nuit, il y a des yakuzas, des embrouilles sans que ce soit non plus tragique... En tous cas, ce sera différent de ce que j'ai fait jusqu'à présent.

  • L'île Louvre

    Florent Chavouet

    Le musée du Louvre est devenu île, sous les crayons de couleurs de Florent Chavouet. Muni d'un pass délivré par les autorités du musée, il se rend sur ce territoire insulaire à la rencontre de ses habitants (ceux qui travaillent dans cette institution), de ses visiteurs (les touristes du monde entier) et de ses paysages (l'ensemble des salles et des oeuvres exposées). Carnet de voyage en main, l'auteur s'attache à nous décrire cette île-musée et ses traditions. Au fur et à mesure de ses déambulations, il nous plonge ainsi dans la vie quotidienne du Louvre, restituant avec un sens du détail digne des plus grands enlumineurs !

  • Celui qui s'est fait un nom avec son prénom a commencé sa fulgurante carrière militaire par un surnom de super-héros : le Capitaine Canon. Il bouillonne, il scrute, il ruse, il a des idées sur tout, une solution pour chaque problème. À peine sorti de l'école, ce petit bonhomme échevelé est déjà un stratège : meneur d'hommes et chef de guerre hors pair. De ses débuts en fanfare qui lui valent de passer général à vingt-cinq ans à sa fin tragique de banni en passant par la conquête du pouvoir, voici, en douze tableaux, un aperçu de l'épopée napoléonienne. A partir de 7 ans.

  • Comment non seulement donner à voir, mais faire comprendre, en une douzaine de doubles pages une période aussi vaste, riche et complexe ? C'est le défi que relève cet album. Principales batailles, car le Moyen Âge fut belliqueux et conquérant. Splendeur des abbayes romanes, des forteresses et des palais, car le Moyen Âge fut bâtisseur. Mystères de la Chine et de Venise, car le Moyen Âge fut curieux. Courage des aventuriers, car le Moyen Âge fut explorateur. Grands personnages comme Charlemagne, Jeanne d'Arc, Hugues Capet, Richard Coeur de Lion, Aliénor d'Aquitaine, etc, car le Moyen Âge fut pittoresque. En refermant ce livre, on se demande pourquoi cette longue période décisive fut ainsi nommée, car cet âge n'eut vraiment rien de médiocre, ni de moyen. A partir de 8 ans.

  • « Nous autres, critiques de cinéma, il faut dire, sommes des êtres plutôt roués au combat esthétique, endurcis par le métier, par ce monde impitoyable du jugement de goût, où il faut savoir s'imposer, si je puis dire, en tant qu'homme si l''on veut, à terme, imposer ses choix. C'est un point qu'il faudrait que je développe à l'occasion, la virilité à l'oeuvre dans la critique de cinéma. » Est-il envisageable, pour un cinéphile passionné, de livrer à une revue qui le lui a demandé la liste de ses 10 films préférés ?
    C'est l'occasion en tout cas pour Tanguy Viel de revisiter, avec beaucoup d'humour (et dans la lignée de son livre Cinéma, réécriture du film Le Limier), son panthéon cinématographique. Dans les affres du choix, une image chasse l'autre, un film se hisse au sommet du top ten et fait glisser le reste de la liste, et Hitchcock, le plus grand des cinéastes, est bientôt détrôné par Murnau, déchu à son tour par Rossellini...
    En parallèle, Florent Chavouet, illustrateur remarqué pour son récent livre Tokyo Sanpo, invente 10 affiches pour ces films, et en donne ainsi à son tour une version personnelle.

    Ce double détournement, aussi passionné que comique, donne lieu à un très bel hommage au cinéma et à la cinéphilie.

empty